Recettes traditionnelles

Dégustation : Bagels — New York vs Montréal

Dégustation : Bagels — New York vs Montréal

Inspiré par l'essai "Les vrais new-yorkais ne grillent pas leurs bagels" ce Taste-Off a opposé les bagels de New York à ceux de Montréal. La rédaction du Daily Meal a dégusté des bagels nature, aux graines de sésame, aux graines de pavot et aux raisins secs à la cannelle de Les bagels de Léo à New York et de St-Viateur à Montréal, Canada via Joel Tietolman de Mile End Montreal Bagels.

Bagels de style montréalais vs bagels de style new-yorkais

LES CATÉGORIES :

Âge: Bien qu'ils aient pu être transportés rapidement et avec amour, les bagels montréalais devaient tout de même parcourir une grande distance depuis leur origine - un net désavantage à côté des bagels new-yorkais "pas frais, mais toujours chauds" de Leo's.

Saveur: Les bagels new-yorkais de Leo's avaient une légère douceur qui était particulièrement importante en finale. Les bagels de Montréal étaient globalement plus sucrés, mais comme l'a noté un éditeur, ils avaient besoin de "sel, de fromage à la crème... ou de n'importe quoi de vraiment" pour rehausser leur saveur. Un éditeur a même déclaré que les bagels de Montréal lui rappelaient les bretzels.

Extérieur: Les bagels de Montréal étaient globalement plus minces et avaient des trous beaucoup plus gros, tandis que les bagels de New York avaient des croûtes molles et minces « juste croustillantes ».

Garnitures : Les garnitures équilibrées des deux côtés des bagels new-yorkais ont été très appréciées par tous les dégustateurs. Les bagels montréalais ne s'en sont pas aussi bien tirés avec leur distribution de garniture résolument inégale.

Intérieur: Les éditeurs étaient divisés sur la question de savoir si les bagels new-yorkais étaient trop pâteux. Cependant, ils ont convenu qu'ils n'étaient "pas trop tendres" et qu'ils avaient une belle "étirement souple". En revanche, les bagels montréalais étaient appelés « Dense ! Beaucoup, beaucoup plus dense ».

Moelleux : Plus d'un dégustateur a trouvé les bagels new-yorkais "un peu trop moelleux". Un dégustateur a même dit : « J'ai mal à la mâchoire ! Étonnamment, la densité des bagels de Montréal n'a pas augmenté proportionnellement leur moelleux.

Avis sur le grillage : Les bagels new-yorkais ont inspiré plusieurs convertis au non-grillage. Il semblait y avoir accord concernant les bagels de New York que "lorsque le bagel est frais, le grillage serait redondant". Cependant, plusieurs étaient toujours en faveur du grillage pour "activer certains des morceaux grillés" et éventuellement diminuer la pâte. Comme les bagels montréalais avaient parcouru une distance considérable, on nous a demandé de les griller entiers pour leur redonner vie et leur donner un effet croustillant au four.

Conclusion: Étant donné qu'il n'est pas juste de juger les bagels si loin de leur source, si longtemps après leur fabrication (surtout face à face avec des bagels préparés quelques heures auparavant), les rédacteurs du Daily Meal ont réservé leur jugement sur les bagels à la montréalaise jusqu'à ce qu'ils puissent être goûtés. fraîchement sorti du four. Il convient de noter cependant que notre non-grille-pain le plus déterminé a pris une maison de style montréalais, l'a grillée, l'a garnie de moutarde et a constaté qu'il l'a en fait beaucoup plus appréciée qu'avec du fromage à la crème. Cela montre à quel point le temps, le grillage et les garnitures peuvent affecter l'expérience.


Les bagels au feu de bois sucrés de Montréal versus les bagels bouillis moelleux de New York City

Great Big Story a voyagé entre Montréal, Québec et New York, tous deux réputés pour leurs bagels, pour découvrir comment deux magasins distincts dans chaque ville préparent leur propre version du rouleau troué. Ils ont commencé à Montréal à St-Viateur Bagel Shop, où le propriétaire Robert Morena a expliqué qu'ils roulent chaque bagel à la main, les font bouillir dans de l'eau miellée, les roulent dans des graines et les font cuire dans un four à bois. De retour à New York, Darin Dolfi, directeur des opérations au H &# 038 H Midtown East, a expliqué que certains bagels étaient coupés à la machine et d'autres laminés à la main, mais que le processus demande beaucoup de main-d'œuvre et prend 24 heures de levage et d'ébullition. avant même que les bagels puissent être cuits. Au final, les recettes sont trop différentes pour vraiment faire une vraie comparaison, mais à chacune la sienne.

Si vous êtes plutôt un fabricant de bagels à faire soi-même, Montréal est fait pour vous. Mais si vous préférez le bagel grillé avec tout ce qu'il contient, vous devez venir à New York.


Les bagels au feu de bois sucrés de Montréal versus les bagels bouillis moelleux de New York City

Great Big Story a voyagé entre Montréal, Québec et New York, tous deux réputés pour leurs bagels, pour découvrir comment deux magasins distincts dans chaque ville préparent leur propre version du rouleau troué. Ils ont commencé à Montréal à St-Viateur Bagel Shop, où le propriétaire Robert Morena a expliqué qu'ils roulent chaque bagel à la main, les font bouillir dans de l'eau miellée, les roulent dans des graines et les font cuire dans un four à bois. De retour à New York, Darin Dolfi, responsable des opérations au H &# 038 H Midtown East, a expliqué que certains bagels étaient coupés à la machine et d'autres laminés à la main, mais le processus demande beaucoup de travail et prend 24 heures de fermentation et d'ébullition. avant même que les bagels puissent être cuits. Au final, les recettes sont trop différentes pour vraiment faire une vraie comparaison, mais à chacune la sienne.

Si vous êtes plutôt un fabricant de bagels à faire soi-même sucré et pâteux, Montréal est fait pour vous. Mais si vous préférez le bagel grillé avec tout ce qu'il contient, vous devez venir à New York.


Les bagels au feu de bois sucrés de Montréal versus les bagels bouillis moelleux de New York City

Great Big Story a voyagé entre Montréal, Québec et New York, tous deux réputés pour leurs bagels, pour découvrir comment deux magasins distincts dans chaque ville préparent leur propre version du rouleau troué. Ils ont commencé à Montréal à St-Viateur Bagel Shop, où le propriétaire Robert Morena a expliqué qu'ils roulent chaque bagel à la main, les font bouillir dans de l'eau miellée, les roulent dans des graines et les font cuire dans un four à bois. De retour à New York, Darin Dolfi, responsable des opérations au H &# 038 H Midtown East, a expliqué que certains bagels étaient coupés à la machine et d'autres laminés à la main, mais le processus demande beaucoup de travail et prend 24 heures de fermentation et d'ébullition. avant même que les bagels puissent être cuits. Au final, les recettes sont trop différentes pour vraiment faire une vraie comparaison, mais à chacune la sienne.

Si vous êtes plutôt un fabricant de bagels à faire soi-même sucré et pâteux, Montréal est fait pour vous. Mais si vous préférez le bagel grillé avec tout ce qu'il contient, vous devez venir à New York.


Les bagels au feu de bois sucrés de Montréal versus les bagels bouillis moelleux de New York City

Great Big Story a voyagé entre Montréal, Québec et New York, tous deux réputés pour leurs bagels, pour découvrir comment deux magasins distincts dans chaque ville préparent leur propre version du rouleau troué. Ils ont commencé à Montréal à St-Viateur Bagel Shop, où le propriétaire Robert Morena a expliqué qu'ils roulent chaque bagel à la main, les font bouillir dans de l'eau miellée, les roulent dans des graines et les font cuire dans un four à bois. De retour à New York, Darin Dolfi, responsable des opérations au H &# 038 H Midtown East, a expliqué que certains bagels étaient coupés à la machine et d'autres laminés à la main, mais le processus demande beaucoup de travail et prend 24 heures de fermentation et d'ébullition. avant même que les bagels puissent être cuits. Au final, les recettes sont trop différentes pour vraiment faire une vraie comparaison, mais à chacune la sienne.

Si vous êtes plutôt un fabricant de bagels à faire soi-même, Montréal est fait pour vous. Mais si vous préférez le bagel grillé avec tout ce qu'il contient, vous devez venir à New York.


Les bagels au feu de bois sucrés de Montréal versus les bagels bouillis moelleux de New York City

Great Big Story a voyagé entre Montréal, Québec et New York, tous deux réputés pour leurs bagels, pour découvrir comment deux magasins distincts dans chaque ville préparent leur propre version du rouleau troué. Ils ont commencé à Montréal à St-Viateur Bagel Shop, où le propriétaire Robert Morena a expliqué qu'ils roulent chaque bagel à la main, les font bouillir dans de l'eau miellée, les roulent dans des graines et les font cuire dans un four à bois. De retour à New York, Darin Dolfi, responsable des opérations au H &# 038 H Midtown East, a expliqué que certains bagels étaient coupés à la machine et d'autres laminés à la main, mais le processus demande beaucoup de travail et prend 24 heures de fermentation et d'ébullition. avant même que les bagels puissent être cuits. Au final, les recettes sont trop différentes pour vraiment faire une vraie comparaison, mais à chacune la sienne.

Si vous êtes plutôt un fabricant de bagels à faire soi-même sucré et pâteux, Montréal est fait pour vous. Mais si vous préférez le bagel grillé avec tout ce qu'il contient, vous devez venir à New York.


Les bagels au feu de bois sucrés de Montréal versus les bagels bouillis moelleux de New York City

Great Big Story a voyagé entre Montréal, Québec et New York, tous deux réputés pour leurs bagels, pour découvrir comment deux magasins distincts dans chaque ville préparent leur propre version du rouleau troué. Ils ont commencé à Montréal à St-Viateur Bagel Shop, où le propriétaire Robert Morena a expliqué qu'ils roulent chaque bagel à la main, les font bouillir dans de l'eau miellée, les roulent dans des graines et les font cuire dans un four à bois. De retour à New York, Darin Dolfi, directeur des opérations au H &# 038 H Midtown East, a expliqué que certains bagels étaient coupés à la machine et d'autres laminés à la main, mais que le processus demande beaucoup de main-d'œuvre et prend 24 heures de levage et d'ébullition. avant même que les bagels puissent être cuits. Au final, les recettes sont trop différentes pour vraiment faire une vraie comparaison, mais à chacune la sienne.

Si vous êtes plutôt un fabricant de bagels à faire soi-même sucré et pâteux, Montréal est fait pour vous. Mais si vous préférez le bagel grillé avec tout ce qu'il contient, vous devez venir à New York.


Les bagels au feu de bois sucrés de Montréal versus les bagels bouillis moelleux de New York City

Great Big Story a voyagé entre Montréal, Québec et New York, tous deux réputés pour leurs bagels, pour découvrir comment deux magasins distincts dans chaque ville préparent leur propre version du rouleau troué. Ils ont commencé à Montréal à St-Viateur Bagel Shop, où le propriétaire Robert Morena a expliqué qu'ils roulent chaque bagel à la main, les font bouillir dans de l'eau miellée, les roulent dans des graines et les font cuire dans un four à bois. De retour à New York, Darin Dolfi, responsable des opérations au H &# 038 H Midtown East, a expliqué que certains bagels étaient coupés à la machine et d'autres laminés à la main, mais le processus demande beaucoup de travail et prend 24 heures de fermentation et d'ébullition. avant même que les bagels puissent être cuits. Au final, les recettes sont trop différentes pour vraiment faire une vraie comparaison, mais à chacune la sienne.

Si vous êtes plutôt un fabricant de bagels à faire soi-même, Montréal est fait pour vous. Mais si vous préférez le bagel grillé avec tout ce qu'il contient, vous devez venir à New York.


Les bagels au feu de bois sucrés de Montréal versus les bagels bouillis moelleux de New York City

Great Big Story a voyagé entre Montréal, Québec et New York, tous deux réputés pour leurs bagels, pour découvrir comment deux magasins distincts dans chaque ville préparent leur propre version du rouleau troué. Ils ont commencé à Montréal à St-Viateur Bagel Shop, où le propriétaire Robert Morena a expliqué qu'ils roulent chaque bagel à la main, les font bouillir dans de l'eau miellée, les roulent dans des graines et les font cuire dans un four à bois. De retour à New York, Darin Dolfi, directeur des opérations au H &# 038 H Midtown East, a expliqué que certains bagels étaient coupés à la machine et d'autres laminés à la main, mais que le processus demande beaucoup de main-d'œuvre et prend 24 heures de levage et d'ébullition. avant même que les bagels puissent être cuits. Au final, les recettes sont trop différentes pour vraiment faire une vraie comparaison, mais à chacune la sienne.

Si vous êtes plutôt un fabricant de bagels à faire soi-même sucré et pâteux, Montréal est fait pour vous. Mais si vous préférez le bagel grillé avec tout ce qu'il contient, vous devez venir à New York.


Les bagels au feu de bois sucrés de Montréal versus les bagels bouillis moelleux de New York City

Great Big Story a voyagé entre Montréal, Québec et New York, tous deux réputés pour leurs bagels, pour découvrir comment deux magasins distincts dans chaque ville préparent leur propre version du rouleau troué. Ils ont commencé à Montréal à St-Viateur Bagel Shop, où le propriétaire Robert Morena a expliqué qu'ils roulent chaque bagel à la main, les font bouillir dans de l'eau miellée, les roulent dans des graines et les font cuire dans un four à bois. De retour à New York, Darin Dolfi, directeur des opérations au H &# 038 H Midtown East, a expliqué que certains bagels étaient coupés à la machine et d'autres laminés à la main, mais que le processus demande beaucoup de main-d'œuvre et prend 24 heures de levage et d'ébullition. avant même que les bagels puissent être cuits. Au final, les recettes sont trop différentes pour vraiment faire une vraie comparaison, mais à chacune la sienne.

Si vous êtes plutôt un fabricant de bagels à faire soi-même sucré et pâteux, Montréal est fait pour vous. Mais si vous préférez le bagel grillé avec tout ce qu'il contient, vous devez venir à New York.


Les bagels sucrés au feu de bois de Montréal versus les bagels bouillis moelleux de New York City

Great Big Story a voyagé entre Montréal, Québec et New York, tous deux réputés pour leurs bagels, pour découvrir comment deux magasins distincts dans chaque ville préparent leur propre version du rouleau troué. Ils ont commencé à Montréal à St-Viateur Bagel Shop, où le propriétaire Robert Morena a expliqué qu'ils roulent chaque bagel à la main, les font bouillir dans de l'eau miellée, les roulent dans des graines et les font cuire dans un four à bois. De retour à New York, Darin Dolfi, responsable des opérations au H &# 038 H Midtown East, a expliqué que certains bagels étaient coupés à la machine et d'autres laminés à la main, mais le processus demande beaucoup de travail et prend 24 heures de fermentation et d'ébullition. avant même que les bagels puissent être cuits. Au final, les recettes sont trop différentes pour vraiment faire une vraie comparaison, mais à chacune la sienne.

Si vous êtes plutôt un fabricant de bagels à faire soi-même sucré et pâteux, Montréal est fait pour vous. Mais si vous préférez le bagel grillé avec tout ce qu'il contient, vous devez venir à New York.