Recettes traditionnelles

Une nouvelle étude suggère qu'une introduction plus précoce aux aliments allergènes pourrait réduire les allergies plus tard dans la vie

Une nouvelle étude suggère qu'une introduction plus précoce aux aliments allergènes pourrait réduire les allergies plus tard dans la vie

Les résultats sont en conflit avec les recommandations actuelles de « retarder l'introduction d'aliments allergènes dans l'alimentation des nourrissons »

Les scientifiques peuvent tirer des conclusions avec une « certitude modérée », et d'autres études sont nécessaires avant de pouvoir formuler de nouvelles recommandations.

On dirait que vous voudrez peut-être essayer de donner des cacahuètes à votre bébé plus tôt que vous ne le pensiez.

Une « revue systématique et une méta-analyse » par les scientifiques de l'Imperial College de Londres ont donné des résultats qui sont en conflit avec les recommandations actuelles de « retarder l'introduction d'aliments allergènes dans l'alimentation des nourrissons ». Navigateur alimentaire signalé.

Les scientifiques ont examiné 146 essais d'intervention et études d'observation et ont trouvé des preuves indiquant avec une « certitude modérée » que non seulement le timing est un facteur important dans l'introduction d'aliments allergènes et la diminution du risque de maladie allergique, mais que retarder cette introduction peut faire plus de mal que de bien. .

"Ces données sont en conflit avec les recommandations précédentes visant à retarder l'introduction d'aliments allergènes dans l'alimentation des nourrissons et suggèrent que les directives actuelles qui ne conseillent pas l'introduction précoce d'aliments allergènes pourraient devoir être révisées", ont écrit les auteurs de l'étude.

Un porte-parole de la Food Standards Agency du Royaume-Uni a déclaré: "Le gouvernement examine ces résultats dans le cadre de son examen des conseils sur l'alimentation des nourrissons pour s'assurer que nos conseils reflètent les meilleures preuves disponibles."

N'oubliez pas de consulter notre dossier spécial : Notre nourriture nous tue-t-elle ?


Donner certains aliments tôt peut réduire le risque d'allergie

L'étude d'environ 1 400 enfants a révélé que lorsque les bébés recevaient des arachides, des œufs ou du lait de vache au cours de leur première année, ils étaient moins susceptibles de devenir « sensibilisés » à ces aliments courants qui causent des allergies.

Être sensibilisé à un aliment signifie qu'un enfant est testé positif à un test cutané. "Cela ne signifie pas nécessairement une allergie alimentaire en tant que telle, mais cela indique que l'enfant est sur cette voie", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le Dr Malcolm Sears.

L'objectif est de réduire le risque de sensibilisation, ce qui réduit également le risque d'allergie, a déclaré Sears, professeur à la division de pneumologie de l'Université McMaster à Hamilton, Ontario, Canada.

L'auteur principal de l'étude, Maxwell Tran, a déclaré que cette étude, ainsi que d'autres recherches, "soutient le changement de paradigme selon lequel les parents ne devraient pas hésiter à introduire des aliments allergènes, en particulier le lait de vache, les arachides et les œufs. Cela réduira la probabilité de sensibilisation. " Tran est étudiant en sciences de la santé à McMaster.

Sears a réitéré: "Plus tôt, c'est mieux. N'ayez pas peur d'introduire ces aliments." Mais il a ajouté que même l'introduction précoce d'un aliment ne garantit pas qu'un enfant ne finira pas par développer une allergie alimentaire.

Tran doit présenter les résultats de l'étude mercredi lors de la réunion de l'American Thoracic Society à San Francisco. Les résultats présentés lors des réunions sont généralement considérés comme préliminaires jusqu'à ce qu'ils soient publiés dans une revue à comité de lecture.

Selon Tran, les directives précédentes recommandaient d'attendre un an avant d'introduire le lait de vache et les produits laitiers de vache, tels que le fromage, le yaourt ou la crème glacée. Les médecins ont recommandé de retarder les œufs jusqu'à l'âge de 2 ans et les produits contenant des arachides jusqu'à l'âge de 3 ans.

Étant donné que d'autres études ont laissé entendre qu'une introduction plus précoce de ces aliments pourrait être bénéfique plutôt que nocive, les chercheurs à l'origine de la nouvelle étude ont examiné un échantillon d'enfants déjà impliqués dans un grand essai canadien sur le développement de l'enfant. Sears a noté qu'il ne s'agissait pas d'un groupe d'enfants qui serait considéré à haut risque d'allergies.

Un peu plus de 1 400 jeunes de cette étude ont subi un test cutané de sensibilisation aux allergènes à 1 an. Les questionnaires nutritionnels ont été remplis par les parents lorsque les enfants avaient 3, 6, 12, 18 et 24 mois, ont indiqué les chercheurs.

Les chercheurs ont découvert que près de la moitié des bébés avaient consommé du lait de vache à 6 mois et que l'autre moitié avait du lait à 12 mois. Seulement 4% n'avaient pas eu de lait avant l'âge d'un an, a révélé l'étude.

Seulement 6 pour cent des bébés ont eu des œufs à 6 mois, tandis que 76 pour cent en ont eu avant 12 mois. Et environ 19% ont eu des œufs pour la première fois après leur premier anniversaire, selon l'étude.

Les parents étaient beaucoup plus susceptibles de retarder les arachides. Seulement 1 pour cent des enfants avaient des arachides à 6 mois, et 41 pour cent avaient des arachides introduites dans leur alimentation entre 7 et 12 mois. Cinquante-huit pour cent des enfants avaient plus d'un an lorsqu'ils ont mangé des arachides pour la première fois, selon l'étude.

Les chercheurs ont découvert que l'introduction précoce de l'un des aliments allergiques était liée à un risque plus faible de sensibilisation pour cet aliment. Selon l'étude, donner un œuf à un enfant avant l'âge de 1 an a également réduit les risques de sensibilisation à l'un des trois aliments testés.

Le Dr Jennifer Appleyard est chef du service d'allergie et d'immunologie à l'hôpital et centre médical St. John de Detroit. Elle a dit : « Le vieux train de pensée était que le système immunitaire est en mouvement pendant les trois premières années de la vie, et s'il est exposé pendant cette période vulnérable, des allergies alimentaires pourraient se développer. Mais certaines des vieilles pensées sur la façon dont les allergies se développent et comment mieux les traiter changent."

Elle a déclaré que les parents qui suivaient ce conseil et attendaient pour donner ces aliments à leur enfant ne provoquaient aucune allergie. "Tant de choses différentes influencent les allergies. Les choses que nous faisons peuvent affecter un résultat pour la santé d'une manière ou d'une autre, mais elles ne contrôlent pas complètement la façon dont les allergies se développent", a-t-elle déclaré.

Il y a encore beaucoup de recherches sur le développement des allergies, a noté Appleyard, ajoutant que pour l'instant, l'introduction précoce des aliments semble acceptable.

Si vous venez d'une famille allergique, en particulier une famille souffrant d'allergies alimentaires, Appleyard a déclaré qu'il était préférable de discuter avec votre médecin de l'introduction d'aliments courants provoquant des allergies.

Copyright © 2016 Journée de la santé. Tous les droits sont réservés.


Donner certains aliments tôt peut réduire le risque d'allergie

L'étude d'environ 1 400 enfants a révélé que lorsque les bébés recevaient des arachides, des œufs ou du lait de vache au cours de leur première année, ils étaient moins susceptibles de devenir « sensibilisés » à ces aliments courants qui causent des allergies.

Être sensibilisé à un aliment signifie qu'un enfant est testé positif à un test cutané. "Cela ne signifie pas nécessairement une allergie alimentaire en tant que telle, mais cela indique que l'enfant est sur cette voie", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le Dr Malcolm Sears.

L'objectif est de réduire le risque de sensibilisation, ce qui réduit également le risque d'allergie, a déclaré Sears, professeur à la division de pneumologie de l'Université McMaster à Hamilton, Ontario, Canada.

L'auteur principal de l'étude, Maxwell Tran, a déclaré que cette étude, ainsi que d'autres recherches, "soutient le changement de paradigme selon lequel les parents ne devraient pas hésiter à introduire des aliments allergènes, en particulier le lait de vache, les arachides et les œufs. Cela réduira la probabilité de sensibilisation. " Tran est étudiant en sciences de la santé à McMaster.

Sears a réitéré: "Plus tôt, c'est mieux. N'ayez pas peur d'introduire ces aliments." Mais il a ajouté que même l'introduction précoce d'un aliment ne garantit pas qu'un enfant ne finira pas par développer une allergie alimentaire.

Tran doit présenter les résultats de l'étude mercredi lors de la réunion de l'American Thoracic Society à San Francisco. Les résultats présentés lors des réunions sont généralement considérés comme préliminaires jusqu'à ce qu'ils soient publiés dans une revue à comité de lecture.

Selon Tran, les directives précédentes recommandaient d'attendre un an avant d'introduire le lait de vache et les produits laitiers de vache, tels que le fromage, le yaourt ou la crème glacée. Les médecins ont recommandé de retarder les œufs jusqu'à l'âge de 2 ans et les produits contenant des arachides jusqu'à l'âge de 3 ans.

Étant donné que d'autres études ont laissé entendre qu'une introduction plus précoce de ces aliments pourrait être bénéfique plutôt que nocive, les chercheurs à l'origine de la nouvelle étude ont examiné un échantillon d'enfants déjà impliqués dans un grand essai canadien sur le développement de l'enfant. Sears a noté qu'il ne s'agissait pas d'un groupe d'enfants qui serait considéré à haut risque d'allergies.

Un peu plus de 1 400 jeunes de cette étude ont subi un test cutané de sensibilisation aux allergènes à 1 an. Les questionnaires nutritionnels ont été remplis par les parents lorsque les enfants avaient 3, 6, 12, 18 et 24 mois, ont indiqué les chercheurs.

Les chercheurs ont découvert que près de la moitié des bébés avaient consommé du lait de vache à 6 mois et que l'autre moitié avait du lait à 12 mois. Seulement 4% n'avaient pas de lait avant l'âge d'un an, a révélé l'étude.

Seulement 6 pour cent des bébés ont eu des œufs à 6 mois, tandis que 76 pour cent en ont eu avant 12 mois. Et environ 19% ont eu des œufs pour la première fois après leur premier anniversaire, selon l'étude.

Les parents étaient beaucoup plus susceptibles de retarder les arachides. Seulement 1 pour cent des enfants avaient des arachides à 6 mois et 41 pour cent avaient des arachides introduites dans leur alimentation entre 7 et 12 mois. Cinquante-huit pour cent des enfants avaient plus d'un an lorsqu'ils ont mangé des arachides pour la première fois, selon l'étude.

Les chercheurs ont découvert que l'introduction précoce de l'un des aliments allergiques était liée à un risque plus faible de sensibilisation pour cet aliment. Selon l'étude, donner un œuf à un enfant avant l'âge de 1 an a également réduit les risques de sensibilisation à l'un des trois aliments testés.

Le Dr Jennifer Appleyard est chef du service d'allergie et d'immunologie au St. John Hospital and Medical Center de Detroit. Elle a dit : « Le vieux train de pensée était que le système immunitaire est en mouvement pendant les trois premières années de la vie, et s'il est exposé pendant cette période vulnérable, des allergies alimentaires pourraient se développer. Mais certaines des vieilles pensées sur la façon dont les allergies se développent et comment mieux les traiter changent."

Elle a déclaré que les parents qui suivaient ce conseil et attendaient pour donner ces aliments à leur enfant ne provoquaient aucune allergie. "Tant de choses différentes influencent les allergies. Les choses que nous faisons peuvent affecter un résultat pour la santé d'une manière ou d'une autre, mais elles ne contrôlent pas complètement la façon dont les allergies se développent", a-t-elle déclaré.

Il y a encore beaucoup de recherches sur le développement des allergies, a noté Appleyard, ajoutant que pour l'instant, l'introduction précoce des aliments semble acceptable.

Si vous venez d'une famille allergique, en particulier une famille souffrant d'allergies alimentaires, Appleyard a déclaré qu'il était préférable de discuter avec votre médecin de l'introduction d'aliments courants provoquant des allergies.

Copyright © 2016 Journée de la santé. Tous les droits sont réservés.


Donner certains aliments tôt peut réduire le risque d'allergie

L'étude d'environ 1 400 enfants a révélé que lorsque les bébés recevaient des arachides, des œufs ou du lait de vache au cours de leur première année, ils étaient moins susceptibles de devenir « sensibilisés » à ces aliments courants qui causent des allergies.

Être sensibilisé à un aliment signifie qu'un enfant est testé positif à un test cutané. "Cela ne signifie pas nécessairement une allergie alimentaire en tant que telle, mais cela indique que l'enfant est sur cette voie", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le Dr Malcolm Sears.

L'objectif est de réduire le risque de sensibilisation, ce qui réduit également le risque d'allergie, a déclaré Sears, professeur à la division de pneumologie de l'Université McMaster à Hamilton, Ontario, Canada.

L'auteur principal de l'étude, Maxwell Tran, a déclaré que cette étude, ainsi que d'autres recherches, "soutient le changement de paradigme selon lequel les parents ne devraient pas hésiter à introduire des aliments allergènes, en particulier le lait de vache, les arachides et les œufs. Cela réduira la probabilité de sensibilisation. " Tran est étudiant en sciences de la santé à McMaster.

Sears a réitéré: "Plus tôt, c'est mieux. N'ayez pas peur d'introduire ces aliments." Mais il a ajouté que même l'introduction précoce d'un aliment ne garantit pas qu'un enfant ne finira pas par développer une allergie alimentaire.

Tran doit présenter les résultats de l'étude mercredi lors de la réunion de l'American Thoracic Society à San Francisco. Les résultats présentés lors des réunions sont généralement considérés comme préliminaires jusqu'à ce qu'ils soient publiés dans une revue à comité de lecture.

Selon Tran, les directives précédentes recommandaient d'attendre un an avant d'introduire le lait de vache et les produits laitiers de vache, tels que le fromage, le yaourt ou la crème glacée. Les médecins ont recommandé de retarder les œufs jusqu'à l'âge de 2 ans et les produits contenant des arachides jusqu'à l'âge de 3 ans.

Étant donné que d'autres études ont laissé entendre qu'une introduction plus précoce de ces aliments pourrait être bénéfique plutôt que nocive, les chercheurs à l'origine de la nouvelle étude ont examiné un échantillon d'enfants déjà impliqués dans un grand essai canadien sur le développement de l'enfant. Sears a noté qu'il ne s'agissait pas d'un groupe d'enfants qui serait considéré à haut risque d'allergies.

Un peu plus de 1 400 jeunes de cette étude ont subi un test cutané de sensibilisation aux allergènes à 1 an. Les questionnaires nutritionnels ont été remplis par les parents lorsque les enfants avaient 3, 6, 12, 18 et 24 mois, ont indiqué les chercheurs.

Les chercheurs ont découvert que près de la moitié des bébés avaient consommé du lait de vache à 6 mois et que l'autre moitié avait du lait à 12 mois. Seulement 4% n'avaient pas de lait avant l'âge d'un an, a révélé l'étude.

Seulement 6 pour cent des bébés ont eu des œufs à 6 mois, tandis que 76 pour cent en ont eu avant 12 mois. Et environ 19% ont eu des œufs pour la première fois après leur premier anniversaire, a montré l'étude.

Les parents étaient beaucoup plus susceptibles de retarder les arachides. Seulement 1 pour cent des enfants avaient des arachides à 6 mois, et 41 pour cent avaient des arachides introduites dans leur alimentation entre 7 et 12 mois. Cinquante-huit pour cent des enfants avaient plus d'un an lorsqu'ils ont mangé des arachides pour la première fois, selon l'étude.

Les chercheurs ont découvert que l'introduction précoce de l'un des aliments allergiques était liée à un risque plus faible de sensibilisation pour cet aliment. Selon l'étude, donner un œuf à un enfant avant l'âge de 1 an a également réduit les risques de sensibilisation à l'un des trois aliments testés.

Le Dr Jennifer Appleyard est chef du service d'allergie et d'immunologie à l'hôpital et centre médical St. John de Detroit. Elle a dit : « Le vieux train de pensée était que le système immunitaire est en mouvement pendant les trois premières années de la vie, et s'il est exposé pendant cette période vulnérable, des allergies alimentaires pourraient se développer. Mais certaines des vieilles pensées sur la façon dont les allergies se développent et comment mieux les traiter changent."

Elle a déclaré que les parents qui suivaient ce conseil et attendaient pour donner ces aliments à leur enfant ne provoquaient aucune allergie. "Tant de choses différentes influencent les allergies. Les choses que nous faisons peuvent affecter un résultat pour la santé d'une manière ou d'une autre, mais elles ne contrôlent pas complètement la façon dont les allergies se développent", a-t-elle déclaré.

Il y a encore beaucoup de recherches sur le développement des allergies, a noté Appleyard, ajoutant que pour l'instant, l'introduction précoce des aliments semble acceptable.

Si vous venez d'une famille allergique, en particulier une famille souffrant d'allergies alimentaires, Appleyard a déclaré qu'il était préférable de discuter avec votre médecin de l'introduction d'aliments courants provoquant des allergies.

Copyright © 2016 Journée de la santé. Tous les droits sont réservés.


Donner certains aliments tôt peut réduire le risque d'allergie

L'étude d'environ 1 400 enfants a révélé que lorsque les bébés recevaient des arachides, des œufs ou du lait de vache au cours de leur première année, ils étaient moins susceptibles de devenir « sensibilisés » à ces aliments courants qui causent des allergies.

Être sensibilisé à un aliment signifie qu'un enfant est testé positif à un test cutané. "Cela ne signifie pas nécessairement une allergie alimentaire en tant que telle, mais cela indique que l'enfant est sur cette voie", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le Dr Malcolm Sears.

L'objectif est de réduire le risque de sensibilisation, ce qui réduit également le risque d'allergie, a déclaré Sears, professeur à la division de pneumologie de l'Université McMaster à Hamilton, Ontario, Canada.

L'auteur principal de l'étude, Maxwell Tran, a déclaré que cette étude, ainsi que d'autres recherches, "soutient le changement de paradigme selon lequel les parents ne devraient pas hésiter à introduire des aliments allergènes, en particulier le lait de vache, les arachides et les œufs. Cela réduira la probabilité de sensibilisation. " Tran est étudiant en sciences de la santé à McMaster.

Sears a réitéré: "Plus tôt, c'est mieux. N'ayez pas peur d'introduire ces aliments." Mais il a ajouté que même l'introduction précoce d'un aliment ne garantit pas qu'un enfant ne finira pas par développer une allergie alimentaire.

Tran doit présenter les résultats de l'étude mercredi lors de la réunion de l'American Thoracic Society à San Francisco. Les résultats présentés lors des réunions sont généralement considérés comme préliminaires jusqu'à ce qu'ils soient publiés dans une revue à comité de lecture.

Selon Tran, les directives précédentes recommandaient d'attendre un an avant d'introduire le lait de vache et les produits laitiers de vache, tels que le fromage, le yaourt ou la crème glacée. Les médecins ont recommandé de retarder les œufs jusqu'à l'âge de 2 ans et les produits contenant des arachides jusqu'à l'âge de 3 ans.

Étant donné que d'autres études ont laissé entendre qu'une introduction plus précoce de ces aliments pourrait être bénéfique plutôt que nocive, les chercheurs à l'origine de la nouvelle étude ont examiné un échantillon d'enfants déjà impliqués dans un grand essai canadien sur le développement de l'enfant. Sears a noté qu'il ne s'agissait pas d'un groupe d'enfants qui serait considéré à haut risque d'allergies.

Un peu plus de 1 400 jeunes de cette étude ont subi un test cutané de sensibilisation aux allergènes à 1 an. Les questionnaires nutritionnels ont été remplis par les parents lorsque les enfants avaient 3, 6, 12, 18 et 24 mois, ont indiqué les chercheurs.

Les chercheurs ont découvert que près de la moitié des bébés avaient consommé du lait de vache à 6 mois et que l'autre moitié avait du lait à 12 mois. Seulement 4% n'avaient pas eu de lait avant l'âge d'un an, a révélé l'étude.

Seulement 6 pour cent des bébés ont eu des œufs à 6 mois, tandis que 76 pour cent en ont eu avant 12 mois. Et environ 19% ont eu des œufs pour la première fois après leur premier anniversaire, selon l'étude.

Les parents étaient beaucoup plus susceptibles de retarder les arachides. Seulement 1 pour cent des enfants avaient des arachides à 6 mois, et 41 pour cent avaient des arachides introduites dans leur alimentation entre 7 et 12 mois. Cinquante-huit pour cent des enfants avaient plus d'un an lorsqu'ils ont mangé des arachides pour la première fois, selon l'étude.

Les chercheurs ont découvert que l'introduction précoce de l'un des aliments allergiques était liée à un risque plus faible de sensibilisation pour cet aliment. Selon l'étude, donner un œuf à un enfant avant l'âge de 1 an a également réduit les risques de sensibilisation à l'un des trois aliments testés.

Le Dr Jennifer Appleyard est chef du service d'allergie et d'immunologie au St. John Hospital and Medical Center de Detroit. Elle a dit : « Le vieux train de la pensée était que le système immunitaire est en mouvement pendant les trois premières années de la vie, et s'il est exposé pendant cette période vulnérable, des allergies alimentaires pourraient se développer. Mais certaines des vieilles pensées sur la façon dont les allergies se développent et comment mieux les traiter changent."

Elle a déclaré que les parents qui suivaient ce conseil et attendaient pour donner ces aliments à leur enfant ne provoquaient aucune allergie. "Tant de choses différentes influencent les allergies. Les choses que nous faisons peuvent affecter un résultat pour la santé d'une manière ou d'une autre, mais elles ne contrôlent pas complètement la façon dont les allergies se développent", a-t-elle déclaré.

Il y a encore beaucoup de recherches sur le développement des allergies, a noté Appleyard, ajoutant que pour l'instant, l'introduction précoce des aliments semble acceptable.

Si vous venez d'une famille allergique, en particulier une famille souffrant d'allergies alimentaires, Appleyard a déclaré qu'il était préférable de discuter avec votre médecin de l'introduction d'aliments courants provoquant des allergies.

Copyright © 2016 Journée de la santé. Tous les droits sont réservés.


Donner certains aliments tôt peut réduire le risque d'allergie

L'étude d'environ 1 400 enfants a révélé que lorsque les bébés recevaient des arachides, des œufs ou du lait de vache au cours de leur première année, ils étaient moins susceptibles de devenir « sensibilisés » à ces aliments courants qui causent des allergies.

Être sensibilisé à un aliment signifie qu'un enfant est testé positif à un test cutané. "Cela ne signifie pas nécessairement une allergie alimentaire en tant que telle, mais cela indique que l'enfant est sur cette voie", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le Dr Malcolm Sears.

L'objectif est de réduire le risque de sensibilisation, ce qui réduit également le risque d'allergie, a déclaré Sears, professeur à la division de pneumologie de l'Université McMaster à Hamilton, Ontario, Canada.

L'auteur principal de l'étude, Maxwell Tran, a déclaré que cette étude, ainsi que d'autres recherches, "soutient le changement de paradigme selon lequel les parents ne devraient pas hésiter à introduire des aliments allergènes, en particulier le lait de vache, les arachides et les œufs. Cela réduira la probabilité de sensibilisation. " Tran est étudiant en sciences de la santé à McMaster.

Sears a réitéré: "Plus tôt, c'est mieux. N'ayez pas peur d'introduire ces aliments." Mais il a ajouté que même l'introduction précoce d'un aliment ne garantit pas qu'un enfant ne finira pas par développer une allergie alimentaire.

Tran doit présenter les résultats de l'étude mercredi lors de la réunion de l'American Thoracic Society à San Francisco. Les résultats présentés lors des réunions sont généralement considérés comme préliminaires jusqu'à ce qu'ils soient publiés dans une revue à comité de lecture.

Selon Tran, les directives précédentes recommandaient d'attendre un an avant d'introduire le lait de vache et les produits laitiers de vache, tels que le fromage, le yaourt ou la crème glacée. Les médecins ont recommandé de retarder les œufs jusqu'à l'âge de 2 ans et les produits contenant des arachides jusqu'à l'âge de 3 ans.

Étant donné que d'autres études ont laissé entendre qu'une introduction plus précoce de ces aliments pourrait être bénéfique plutôt que nocive, les chercheurs à l'origine de la nouvelle étude ont examiné un échantillon d'enfants déjà impliqués dans un grand essai canadien sur le développement de l'enfant. Sears a noté qu'il ne s'agissait pas d'un groupe d'enfants qui serait considéré à haut risque d'allergies.

Un peu plus de 1 400 jeunes de cette étude ont subi un test cutané de sensibilisation aux allergènes à 1 an. Les questionnaires nutritionnels ont été remplis par les parents lorsque les enfants avaient 3, 6, 12, 18 et 24 mois, ont indiqué les chercheurs.

Les chercheurs ont découvert que près de la moitié des bébés avaient consommé du lait de vache à 6 mois et que l'autre moitié avait du lait à 12 mois. Seulement 4% n'avaient pas eu de lait avant l'âge d'un an, a révélé l'étude.

Seulement 6 pour cent des bébés ont eu des œufs à 6 mois, tandis que 76 pour cent en ont eu avant 12 mois. Et environ 19% ont eu des œufs pour la première fois après leur premier anniversaire, selon l'étude.

Les parents étaient beaucoup plus susceptibles de retarder les arachides. Seulement 1 pour cent des enfants avaient des arachides à 6 mois, et 41 pour cent avaient des arachides introduites dans leur alimentation entre 7 et 12 mois. Cinquante-huit pour cent des enfants avaient plus d'un an lorsqu'ils ont mangé des arachides pour la première fois, selon l'étude.

Les chercheurs ont découvert que l'introduction précoce de l'un des aliments allergiques était liée à un risque plus faible de sensibilisation pour cet aliment. Selon l'étude, donner un œuf à un enfant avant l'âge de 1 an a également réduit les risques de sensibilisation à l'un des trois aliments testés.

Le Dr Jennifer Appleyard est chef du service d'allergie et d'immunologie au St. John Hospital and Medical Center de Detroit. Elle a dit : « Le vieux train de pensée était que le système immunitaire est en mouvement pendant les trois premières années de la vie, et s'il est exposé pendant cette période vulnérable, des allergies alimentaires pourraient se développer. Mais certaines des vieilles pensées sur la façon dont les allergies se développent et comment mieux les traiter changent."

Elle a déclaré que les parents qui suivaient ce conseil et attendaient pour donner ces aliments à leur enfant ne provoquaient aucune allergie. "Tant de choses différentes influencent les allergies. Les choses que nous faisons peuvent affecter un résultat pour la santé d'une manière ou d'une autre, mais elles ne contrôlent pas complètement la façon dont les allergies se développent", a-t-elle déclaré.

Il y a encore beaucoup de recherches sur le développement des allergies, a noté Appleyard, ajoutant que pour l'instant, l'introduction précoce des aliments semble acceptable.

Si vous venez d'une famille allergique, en particulier une famille souffrant d'allergies alimentaires, Appleyard a déclaré qu'il était préférable de discuter avec votre médecin de l'introduction d'aliments courants provoquant des allergies.

Copyright © 2016 Journée de la santé. Tous les droits sont réservés.


Donner certains aliments tôt peut réduire le risque d'allergie

L'étude d'environ 1 400 enfants a révélé que lorsque les bébés recevaient des arachides, des œufs ou du lait de vache au cours de leur première année, ils étaient moins susceptibles de devenir « sensibilisés » à ces aliments courants qui causent des allergies.

Être sensibilisé à un aliment signifie qu'un enfant est testé positif à un test cutané. "Cela ne signifie pas nécessairement une allergie alimentaire en tant que telle, mais cela indique que l'enfant est sur cette voie", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le Dr Malcolm Sears.

L'objectif est de réduire le risque de sensibilisation, ce qui réduit également le risque d'allergie, a déclaré Sears, professeur à la division de pneumologie de l'Université McMaster à Hamilton, Ontario, Canada.

L'auteur principal de l'étude, Maxwell Tran, a déclaré que cette étude, ainsi que d'autres recherches, "soutient le changement de paradigme selon lequel les parents ne devraient pas hésiter à introduire des aliments allergènes, en particulier le lait de vache, les arachides et les œufs. Cela réduira la probabilité de sensibilisation. " Tran est étudiant en sciences de la santé à McMaster.

Sears a réitéré: "Plus tôt, c'est mieux. N'ayez pas peur d'introduire ces aliments." Mais il a ajouté que même l'introduction précoce d'un aliment ne garantit pas qu'un enfant ne finira pas par développer une allergie alimentaire.

Tran doit présenter les résultats de l'étude mercredi lors de la réunion de l'American Thoracic Society à San Francisco. Les résultats présentés lors des réunions sont généralement considérés comme préliminaires jusqu'à ce qu'ils soient publiés dans une revue à comité de lecture.

Selon Tran, les directives précédentes recommandaient d'attendre un an avant d'introduire le lait de vache et les produits laitiers de vache, tels que le fromage, le yaourt ou la crème glacée. Les médecins ont recommandé de retarder les œufs jusqu'à l'âge de 2 ans et les produits contenant des arachides jusqu'à l'âge de 3 ans.

Étant donné que d'autres études ont laissé entendre qu'une introduction plus précoce de ces aliments pourrait être bénéfique plutôt que nocive, les chercheurs à l'origine de la nouvelle étude ont examiné un échantillon d'enfants déjà impliqués dans un grand essai canadien sur le développement de l'enfant. Sears a noté qu'il ne s'agissait pas d'un groupe d'enfants qui serait considéré à haut risque d'allergies.

Un peu plus de 1 400 jeunes de cette étude ont subi un test cutané de sensibilisation aux allergènes à 1 an. Les questionnaires nutritionnels ont été remplis par les parents lorsque les enfants avaient 3, 6, 12, 18 et 24 mois, ont indiqué les chercheurs.

Les chercheurs ont découvert que près de la moitié des bébés avaient consommé du lait de vache à 6 mois et que l'autre moitié avait du lait à 12 mois. Seulement 4% n'avaient pas de lait avant l'âge d'un an, a révélé l'étude.

Seulement 6 pour cent des bébés ont eu des œufs à 6 mois, tandis que 76 pour cent en ont eu avant 12 mois. Et environ 19% ont eu des œufs pour la première fois après leur premier anniversaire, selon l'étude.

Les parents étaient beaucoup plus susceptibles de retarder les arachides. Seulement 1 pour cent des enfants avaient des arachides à 6 mois et 41 pour cent avaient des arachides introduites dans leur alimentation entre 7 et 12 mois. Cinquante-huit pour cent des enfants avaient plus d'un an lorsqu'ils ont mangé des arachides pour la première fois, selon l'étude.

Les chercheurs ont découvert que l'introduction précoce de l'un des aliments allergiques était liée à un risque plus faible de sensibilisation pour cet aliment. Selon l'étude, donner un œuf à un enfant avant l'âge de 1 an a également réduit les risques de sensibilisation à l'un des trois aliments testés.

Le Dr Jennifer Appleyard est chef du service d'allergie et d'immunologie à l'hôpital et centre médical St. John de Detroit. Elle a dit : « Le vieux train de pensée était que le système immunitaire est en mouvement pendant les trois premières années de la vie, et s'il est exposé pendant cette période vulnérable, des allergies alimentaires pourraient se développer. Mais certaines des vieilles pensées sur la façon dont les allergies se développent et comment mieux les traiter changent."

Elle a déclaré que les parents qui suivaient ce conseil et attendaient pour donner ces aliments à leur enfant ne provoquaient aucune allergie. "Tant de choses différentes influencent les allergies. Les choses que nous faisons peuvent affecter un résultat pour la santé d'une manière ou d'une autre, mais elles ne contrôlent pas complètement la façon dont les allergies se développent", a-t-elle déclaré.

Il y a encore beaucoup de recherches sur le développement des allergies, a noté Appleyard, ajoutant que pour l'instant, l'introduction précoce des aliments semble acceptable.

Si vous venez d'une famille allergique, en particulier une famille souffrant d'allergies alimentaires, Appleyard a déclaré qu'il était préférable de discuter avec votre médecin de l'introduction d'aliments courants provoquant des allergies.

Copyright © 2016 Journée de la santé. Tous les droits sont réservés.


Donner certains aliments tôt peut réduire le risque d'allergie

L'étude d'environ 1 400 enfants a révélé que lorsque les bébés recevaient des arachides, des œufs ou du lait de vache au cours de leur première année, ils étaient moins susceptibles de devenir « sensibilisés » à ces aliments courants qui causent des allergies.

Être sensibilisé à un aliment signifie qu'un enfant est testé positif à un test cutané. "Cela ne signifie pas nécessairement une allergie alimentaire en tant que telle, mais cela indique que l'enfant est sur cette voie", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le Dr Malcolm Sears.

L'objectif est de réduire le risque de sensibilisation, ce qui réduit également le risque d'allergie, a déclaré Sears, professeur à la division de pneumologie de l'Université McMaster à Hamilton, Ontario, Canada.

L'auteur principal de l'étude, Maxwell Tran, a déclaré que cette étude, ainsi que d'autres recherches, "soutient le changement de paradigme selon lequel les parents ne devraient pas hésiter à introduire des aliments allergènes, en particulier le lait de vache, les arachides et les œufs. Cela réduira la probabilité de sensibilisation. " Tran est étudiant en sciences de la santé à McMaster.

Sears a réitéré: "Plus tôt, c'est mieux. N'ayez pas peur d'introduire ces aliments." Mais il a ajouté que même l'introduction précoce d'un aliment ne garantit pas qu'un enfant ne finira pas par développer une allergie alimentaire.

Tran doit présenter les résultats de l'étude mercredi lors de la réunion de l'American Thoracic Society à San Francisco. Les résultats présentés lors des réunions sont généralement considérés comme préliminaires jusqu'à ce qu'ils soient publiés dans une revue à comité de lecture.

Selon Tran, les directives précédentes recommandaient d'attendre un an avant d'introduire le lait de vache et les produits laitiers de vache, tels que le fromage, le yaourt ou la crème glacée. Les médecins ont recommandé de retarder les œufs jusqu'à l'âge de 2 ans et les produits contenant des arachides jusqu'à l'âge de 3 ans.

Étant donné que d'autres études ont laissé entendre qu'une introduction plus précoce de ces aliments pourrait être bénéfique plutôt que nocive, les chercheurs à l'origine de la nouvelle étude ont examiné un échantillon d'enfants déjà impliqués dans un grand essai canadien sur le développement de l'enfant. Sears a noté qu'il ne s'agissait pas d'un groupe d'enfants qui serait considéré à haut risque d'allergies.

Un peu plus de 1 400 jeunes de cette étude ont subi un test cutané de sensibilisation aux allergènes à 1 an. Les questionnaires nutritionnels ont été remplis par les parents lorsque les enfants avaient 3, 6, 12, 18 et 24 mois, ont indiqué les chercheurs.

Les chercheurs ont découvert que près de la moitié des bébés avaient consommé du lait de vache à 6 mois et que l'autre moitié avait du lait à 12 mois. Seulement 4% n'avaient pas eu de lait avant l'âge d'un an, a révélé l'étude.

Seulement 6 pour cent des bébés ont eu des œufs à 6 mois, tandis que 76 pour cent en ont eu avant 12 mois. Et environ 19% ont eu des œufs pour la première fois après leur premier anniversaire, a montré l'étude.

Les parents étaient beaucoup plus susceptibles de retarder les arachides. Seulement 1 pour cent des enfants avaient des arachides à 6 mois, et 41 pour cent avaient des arachides introduites dans leur alimentation entre 7 et 12 mois. Cinquante-huit pour cent des enfants avaient plus d'un an lorsqu'ils ont mangé des arachides pour la première fois, selon l'étude.

Les chercheurs ont découvert que l'introduction précoce de l'un des aliments allergiques était liée à un risque plus faible de sensibilisation pour cet aliment. Selon l'étude, donner un œuf à un enfant avant l'âge de 1 an a également réduit les risques de sensibilisation à l'un des trois aliments testés.

Le Dr Jennifer Appleyard est chef du service d'allergie et d'immunologie au St. John Hospital and Medical Center de Detroit. Elle a dit : « Le vieux train de pensée était que le système immunitaire est en mouvement pendant les trois premières années de la vie, et s'il est exposé pendant cette période vulnérable, des allergies alimentaires pourraient se développer. Mais certaines des vieilles pensées sur la façon dont les allergies se développent et comment mieux les traiter changent."

Elle a déclaré que les parents qui suivaient ce conseil et attendaient pour donner ces aliments à leur enfant ne provoquaient aucune allergie. "So many different things influence allergies. Things we do may affect a health outcome in some way, but it doesn't completely control how allergies develop," she said.

There's still a lot of research looking into the development of allergies, Appleyard noted, adding for now, early introduction of foods seems okay.

If you come from an allergic family, particularly one with food allergies, Appleyard said it's best to talk with your doctor about the introduction of common allergy-causing foods.

Copyright © 2016 HealthDay. Tous les droits sont réservés.


Giving certain foods early may cut allergy risk

The study of about 1,400 children found that when babies were given peanuts, eggs or cow's milk during their first year, they were less likely to become "sensitized" to those common allergy-causing foods.

Being sensitized to a food means a child tests positive on a skin test. "That doesn't necessarily mean a food allergy as such, but it indicates the child is on that pathway," said the study's senior author, Dr. Malcolm Sears.

The goal is to reduce the risk of sensitization, which also reduces the risk of allergy, said Sears, a professor in the division of respirology at McMaster University in Hamilton, Ontario, Canada.

The study's lead author, Maxwell Tran, said this study, along with other research, "supports the paradigm shift that parents should not hesitate to introduce allergenic foods, especially cow's milk, peanuts and eggs. This will reduce the likelihood of sensitization." Tran is a health sciences student at McMaster.

Sears reiterated: "Earlier is better. Don't be afraid to introduce these foods." But he added that even early introduction of a food doesn't guarantee a child won't eventually develop a food allergy.

Tran is scheduled to present the study's findings Wednesday at the American Thoracic Society meeting in San Francisco. Findings presented at meetings are generally viewed as preliminary until published in a peer-reviewed journal.

According to Tran, previous guidelines recommended waiting a year before introducing cow's milk and cow's milk products, such as cheese, yogurt or ice cream. Doctors recommended delaying eggs until age 2 years, and peanut-containing products until age 3.

Since other studies have hinted that earlier introduction of these foods might be beneficial instead of harmful, the researchers behind the new study looked at a sample of children already involved in a large Canadian child development trial. Sears noted that this was not a group of children that would be considered at high risk for allergies.

Just over 1,400 youngsters from that study had their skin tested for allergen sensitization at 1 year. Nutrition questionnaires were completed by parents when the kids were 3, 6, 12, 18 and 24 months old, the researchers said.

The researchers found that almost half the babies had consumed cow's milk by 6 months, and the other half had milk by 12 months. Just 4 percent didn't have milk until they were 1 year old, the study revealed.

Only 6 percent of the babies had eggs by 6 months, while 76 percent had them before 12 months. And about 19 percent first had eggs after their first birthday, the study showed.

Parents were much more likely to delay peanuts. Only 1 percent of the children had peanuts by 6 months, and 41 percent had peanuts introduced in their diet between 7 and 12 months. Fifty-eight percent of the children were over 1 year of age when they first had peanuts, the study found.

The researchers found that early introduction of any of the allergic foods was linked to a lower risk of sensitization for that food. Giving a child egg before age 1 also reduced the odds of sensitization to any of the three tested foods, the study found.

Dr. Jennifer Appleyard is chief of allergy and immunology at St. John Hospital and Medical Center in Detroit. She said, "The old train of thought was that the immune system is in flux for the first three years of life, and if exposed during that vulnerable period, food allergies might develop. But some of the old thoughts on how allergies develop and how best to treat them are changing."

She said that parents who followed that advice and waited to give their child these foods didn't cause any allergies. "So many different things influence allergies. Things we do may affect a health outcome in some way, but it doesn't completely control how allergies develop," she said.

There's still a lot of research looking into the development of allergies, Appleyard noted, adding for now, early introduction of foods seems okay.

If you come from an allergic family, particularly one with food allergies, Appleyard said it's best to talk with your doctor about the introduction of common allergy-causing foods.

Copyright © 2016 HealthDay. Tous les droits sont réservés.


Giving certain foods early may cut allergy risk

The study of about 1,400 children found that when babies were given peanuts, eggs or cow's milk during their first year, they were less likely to become "sensitized" to those common allergy-causing foods.

Being sensitized to a food means a child tests positive on a skin test. "That doesn't necessarily mean a food allergy as such, but it indicates the child is on that pathway," said the study's senior author, Dr. Malcolm Sears.

The goal is to reduce the risk of sensitization, which also reduces the risk of allergy, said Sears, a professor in the division of respirology at McMaster University in Hamilton, Ontario, Canada.

The study's lead author, Maxwell Tran, said this study, along with other research, "supports the paradigm shift that parents should not hesitate to introduce allergenic foods, especially cow's milk, peanuts and eggs. This will reduce the likelihood of sensitization." Tran is a health sciences student at McMaster.

Sears reiterated: "Earlier is better. Don't be afraid to introduce these foods." But he added that even early introduction of a food doesn't guarantee a child won't eventually develop a food allergy.

Tran is scheduled to present the study's findings Wednesday at the American Thoracic Society meeting in San Francisco. Findings presented at meetings are generally viewed as preliminary until published in a peer-reviewed journal.

According to Tran, previous guidelines recommended waiting a year before introducing cow's milk and cow's milk products, such as cheese, yogurt or ice cream. Doctors recommended delaying eggs until age 2 years, and peanut-containing products until age 3.

Since other studies have hinted that earlier introduction of these foods might be beneficial instead of harmful, the researchers behind the new study looked at a sample of children already involved in a large Canadian child development trial. Sears noted that this was not a group of children that would be considered at high risk for allergies.

Just over 1,400 youngsters from that study had their skin tested for allergen sensitization at 1 year. Nutrition questionnaires were completed by parents when the kids were 3, 6, 12, 18 and 24 months old, the researchers said.

The researchers found that almost half the babies had consumed cow's milk by 6 months, and the other half had milk by 12 months. Just 4 percent didn't have milk until they were 1 year old, the study revealed.

Only 6 percent of the babies had eggs by 6 months, while 76 percent had them before 12 months. And about 19 percent first had eggs after their first birthday, the study showed.

Parents were much more likely to delay peanuts. Only 1 percent of the children had peanuts by 6 months, and 41 percent had peanuts introduced in their diet between 7 and 12 months. Fifty-eight percent of the children were over 1 year of age when they first had peanuts, the study found.

The researchers found that early introduction of any of the allergic foods was linked to a lower risk of sensitization for that food. Giving a child egg before age 1 also reduced the odds of sensitization to any of the three tested foods, the study found.

Dr. Jennifer Appleyard is chief of allergy and immunology at St. John Hospital and Medical Center in Detroit. She said, "The old train of thought was that the immune system is in flux for the first three years of life, and if exposed during that vulnerable period, food allergies might develop. But some of the old thoughts on how allergies develop and how best to treat them are changing."

She said that parents who followed that advice and waited to give their child these foods didn't cause any allergies. "So many different things influence allergies. Things we do may affect a health outcome in some way, but it doesn't completely control how allergies develop," she said.

There's still a lot of research looking into the development of allergies, Appleyard noted, adding for now, early introduction of foods seems okay.

If you come from an allergic family, particularly one with food allergies, Appleyard said it's best to talk with your doctor about the introduction of common allergy-causing foods.

Copyright © 2016 HealthDay. Tous les droits sont réservés.


Giving certain foods early may cut allergy risk

The study of about 1,400 children found that when babies were given peanuts, eggs or cow's milk during their first year, they were less likely to become "sensitized" to those common allergy-causing foods.

Being sensitized to a food means a child tests positive on a skin test. "That doesn't necessarily mean a food allergy as such, but it indicates the child is on that pathway," said the study's senior author, Dr. Malcolm Sears.

The goal is to reduce the risk of sensitization, which also reduces the risk of allergy, said Sears, a professor in the division of respirology at McMaster University in Hamilton, Ontario, Canada.

The study's lead author, Maxwell Tran, said this study, along with other research, "supports the paradigm shift that parents should not hesitate to introduce allergenic foods, especially cow's milk, peanuts and eggs. This will reduce the likelihood of sensitization." Tran is a health sciences student at McMaster.

Sears reiterated: "Earlier is better. Don't be afraid to introduce these foods." But he added that even early introduction of a food doesn't guarantee a child won't eventually develop a food allergy.

Tran is scheduled to present the study's findings Wednesday at the American Thoracic Society meeting in San Francisco. Findings presented at meetings are generally viewed as preliminary until published in a peer-reviewed journal.

According to Tran, previous guidelines recommended waiting a year before introducing cow's milk and cow's milk products, such as cheese, yogurt or ice cream. Doctors recommended delaying eggs until age 2 years, and peanut-containing products until age 3.

Since other studies have hinted that earlier introduction of these foods might be beneficial instead of harmful, the researchers behind the new study looked at a sample of children already involved in a large Canadian child development trial. Sears noted that this was not a group of children that would be considered at high risk for allergies.

Just over 1,400 youngsters from that study had their skin tested for allergen sensitization at 1 year. Nutrition questionnaires were completed by parents when the kids were 3, 6, 12, 18 and 24 months old, the researchers said.

The researchers found that almost half the babies had consumed cow's milk by 6 months, and the other half had milk by 12 months. Just 4 percent didn't have milk until they were 1 year old, the study revealed.

Only 6 percent of the babies had eggs by 6 months, while 76 percent had them before 12 months. And about 19 percent first had eggs after their first birthday, the study showed.

Parents were much more likely to delay peanuts. Only 1 percent of the children had peanuts by 6 months, and 41 percent had peanuts introduced in their diet between 7 and 12 months. Fifty-eight percent of the children were over 1 year of age when they first had peanuts, the study found.

The researchers found that early introduction of any of the allergic foods was linked to a lower risk of sensitization for that food. Giving a child egg before age 1 also reduced the odds of sensitization to any of the three tested foods, the study found.

Dr. Jennifer Appleyard is chief of allergy and immunology at St. John Hospital and Medical Center in Detroit. She said, "The old train of thought was that the immune system is in flux for the first three years of life, and if exposed during that vulnerable period, food allergies might develop. But some of the old thoughts on how allergies develop and how best to treat them are changing."

She said that parents who followed that advice and waited to give their child these foods didn't cause any allergies. "So many different things influence allergies. Things we do may affect a health outcome in some way, but it doesn't completely control how allergies develop," she said.

There's still a lot of research looking into the development of allergies, Appleyard noted, adding for now, early introduction of foods seems okay.

If you come from an allergic family, particularly one with food allergies, Appleyard said it's best to talk with your doctor about the introduction of common allergy-causing foods.

Copyright © 2016 HealthDay. Tous les droits sont réservés.